Pourquoi et quand faire un bilan de compétences ?

Le bilan de compétences est à la mode auprès des salariés et des entreprises. Dispositif créé au début des années 90, il est devenu au fil du temps un outil aux finalités diverses et variées pour les bénéficiaires comme pour les employeurs. Les objectifs du bilan de compétences A l’origine, le bilan de compétences a pour objectif l’aide à l’orientation professionnelle du salarié. Pour y arriver, celui-ci se fait accompagner en entretiens individuels par un consultant qui procède à l’analyse de ses aptitudes et compétences, ses motivations et sa personnalité, pour finalement arriver à un projet cohérent et viable. En 2012, le bilan est un dispositif un peu fourre-tout, pas franchement compris de tous : passage obligé pour quiconque se trouve perplexe face à son avenir professionnel, il est également devenu un outil de développement personnel, et parfois un révélateur du mal-être au travail. Se remotiver dans son travail. Si les conditions de prise en charge sont réunies (voir « quand ? » ci-après), le bilan est un puissant outil de (re)motivation. J’ai vu des personnes qui à la suite d’un bilan ont retrouvé une énergie nouvelle et des projets au sein de leur service et de leur entreprise. Le bilan permet de retrouver la confiance en soi par un travail de reprise de contact avec la réalité qui fait apparaître des compétences et des forces dont le salarié était souvent ignorant. -> Lire la suite de ma chronique ici, sur le JournalDuNet.com Vous souhaitez vous faire accompagner en bilan de compétences ? Contactez-moi pour en discuter et voir ensemble les dispositifs de financement à votre disposition -> elevancecarriere.com Par Olivier Guérin Coach et spécialiste...

Et boum ! pendant l’entretien, la question piège…

Pendant l’entretien, c’est le moment qui effraie tous les candidats, celui où le recruteur vous pose la question qui tue, celle qui vous fait perdre vos moyens, votre esprit tout à coup se vide et où vous avez l’impression que l’entretien bascule et tout est en train de se jouer. Je préfère l’appeler question-choc plutôt que question-piège car elle fait bien souvent monter l’adrénaline. Certains recruteurs sont devenus experts en la matière, ils considèrent que c’est le seul moyen de savoir ce que le candidat en a dans les entrailles, et d’autres prennent même un malin plaisir à déstabiliser le candidat. Je vous propose ici quelques techniques pour mieux y faire face. Tout d’abord bien sûr, soyez préparé au maximum de questions, « révisez-les » avant l’entretien, même si le propre de ce type de questions c’est justement qu’elles sont inattendues. Ce qui est important dans la gestion des questions choc, c’est d’éviter la panique. C’est la panique, plus que la difficulté de la question elle-même, qui fait que bien souvent l’esprit se vide et rien ne sort. On devient rouge, on transpire, on meuble avec des éléments de langage, l’esprit ne se met pas au travail, il reste focalisé sur le fait qu’il s’agit d’une question déstabilisante, « ça y est je suis foutu », « le salaud, il m’a bien eu », « l’entretien est en train de se jouer là » etc. Ces questions-choc font partie des entretiens, acceptez-le. Gardez votre sang froid à tout moment, attendez-vous à ce type de questions de la première poignée de main jusqu’à la poignée de main finale, et dites-vous que les meilleurs pourvoyeurs de questions déstabilisantes...

L’importance du CV caméléon

Le CV est un des éléments les plus associés à la recherche d’emploi, un des repères fondamentaux, et ce depuis des décennies. De la machine à écrire au cv vidéo de nos jours, de l’inamovible modèle de cv aux cv déstructurés que l’on peut trouver parfois aujourd’hui, l’évolution est flagrante. A l’époque, mais pas si lointaine que cela, on nous disait qu’il fallait suivre un modèle préconçu et qu’aucune place à l’originalité ne saurait être tolérée, on niait le côté humain de la personne au profit de ses simples connaissances techniques, on éliminait les candidats par leur formation, en plaçant soigneusement cette information en haut du cv. Et on copiait les cv à la photocopieuse, pour les distribuer par dizaines aux employeurs potentiels. Heureusement, les années 2000 sont passées par là, et les chercheurs d’emploi, suivant l’évolution de la société et le taux de chômage aidant, ont compris qu’imprimer un document unique, identique en presque tous points à celui de Mme Durand et M. Martin ne les menaient souvent nulle part, et ainsi sont nés les cv fortement influencés par le marketing et le personal branding. Mise en valeur de la personne, des compétences, enrichissement des réalisations de carrière, amélioration de la présentation, de l’esthétique générale, originalité parfois, mise en valeur sans sur-modestie des atouts, bref les CV 2.0 sont nés. Aujourd’hui presque tout le monde a compris l’intérêt de se présenter à son avantage, comme une marque ou un produit. Malheureusement, bien souvent chacun de nous n’utilise qu’un seul et unique cv, il personnalise ensuite son dossier avec la lettre de motivation, et encore. La plupart ne s’embarrasse...

Des bonnes idées pour se positionner face à une annonce

Vous avez trouvé l’annonce qui vous fait rêver, attention à ne pas gâcher votre opportunité, vous ne l’aurez qu’une fois. Je vous fais ici un petit récapitulatif de bonnes idées pour vous positionner sur une offre d’emploi en particulier : 1)      Repérez les mots-clés de l’annonce. Et ensuite dans la mesure du possible utilisez les mêmes mots ou le même champ sémantique dans votre cv et votre lettre de motivation. Essayez cependant d’être subtil et de ne pas coller tels quels des pans entiers de l’annonce, vous risquez de vous tirer une balle dans le pied. 2)      Personnalisez votre cv. On pense souvent à personnaliser sa lettre de motivation, mais pas forcément le cv, lui aussi doit être adapté, en particulier le titre de votre fonction/votre objectif en haut de la feuille, vos compétences et atouts. Ils doivent parler au recruteur, et pour ce faire être cohérent avec le poste à pourvoir. 3)      Soyez super pour CE job. Vous ne pouvez pas être super pour tous les jobs, alors sachez être sélectif. Le recruteur cherche sur votre cv ce qui vous distingue du lot. Comme le dit Dan Schawbel, si vous ne réussissez pas à attirer l’attention sur ce que vous faites de spécial, alors le recruteur sera attiré par des détails, votre âge, les incohérences éventuelles de votre parcours, ou les imperfections de votre cv… 4)      Soyez expert. Ne vous laissez pas tenter par la généralité, soyez expert, si vous vous positionnez comme généraliste, vous allez vous coulez dans le marbre des milliers d’autres chercheurs d’emplois, et être oublié à jamais. Trop de spécialités tuent votre spécialité, de même...

Les classiques de l’entretien d’embauche, revisités

Je me suis rendu compte que j’ai peu ou pas parlé des entretiens d’embauche. Je ne sais pas vraiment pourquoi, peut-être est-ce parce que les autres l’ont déjà tellement fait…et peut-être parce que j’attendais d’avoir quelque chose à vous raconter. Une chose est certaine : ne laissez pas l’entretien au hasard, préparez-le. Préparation ne signifie par planification minutieuse, l’entretien cache toujours des surprises auxquelles vous ne serez pas préparé et vous risquez de vous trouver déstabilisé à vouloir tout prévoir. Je vais reprendre aujourd’hui quelques grands classiques de l’entretien, et je vous propose des réponses qui sortent (un peu) des sentiers battus. Pouvez-vous me parler de vous ? C’est la question par laquelle l’entretien commence une fois sur deux. A cette question, très vague, c’est une bonne idée de demander éclaircissement : « sur quoi souhaitez-vous que je commence ? » Vous redonnez ainsi la responsabilité à un recruteur qui souhaite d’une certaine façon « se défausser » et lui donnez possibilité d’éclaircir sa pensée. De cette manière, vous saurez également ce qui est important à ses yeux. Comment vous décririez-vous ? Réfléchissez à ce que vous souhaitez mettre en valeur chez vous, quelques éléments suffisent, et l’originalité paye. Vous devez penser à votre « marque personnelle ». Attachés à cette marque se trouvent avant tout vos valeurs personnelles (ce à quoi vous croyez dans la vie), vos motivations et votre objectif de vie. Pensez également à mentionner ici si possible les «grands noms » qui jalonnent votre propre parcours (entreprises, écoles, personnages influents qui vous sont associés). Que savez-vous de notre entreprise ? C’est une évidence, avant l’entretien faites toutes les recherches nécessaires sur le site d’entreprise, son blog, les réseaux...