De la compétition individuelle à la coopération créative

Parmi les nombreuses définitions de l’intelligence, l’une me convient bien: c’est la capacité à s’adapter à une situation nouvelle, autrement dit à s’adapter au changement. Comme je l’ai déjà évoqué précédemment dans “la chenille et la papillon”, le monde est changement, et la position la plus efficace face au changement, c’est de réaliser la synthèse des éléments existants, les cellules de la chenille, avec des éléments novateurs, les cellules du papillon. Cette alchimie se réalise par l’action collective, la coopération. C’est donc une évidence, on est plus intelligents à plusieurs que seul. En fait je pousse plus loin même : l’intelligence dans les organisations n’existe qu’en collectif. Dans un monde inter-connecté, complexe et organisé en systèmes, l’intelligence d’un individu isolé présente une possibilité d’évolution très limitée. On dit souvent que la qualité première d’un responsable c’est de savoir bien s’entourer, je pense que c’est vrai. Qu’auraient réalisé les “grands hommes” de notre histoire, les chefs d’entreprises visionnaires, s’ils avaient été seuls ? Vraisemblablement pas grand-chose. Soyons intelligents, oui, mais à plusieurs. Tout d’abord, de la créativité naquit l’intelligence L’intelligence dans une organisation, la capacité à surmonter des changements, passe par la créativité, quelle que soit la fonction de l’équipe, cela veut dire créativité également pour les équipes non créatives. La créativité nécessite la mise en place de conditions qui l’autorisent et la favorisent. Ces conditions permettent d’abolir le cadre habituel le plus possible, et forment le terreau de la créativité, de l’intelligence, et finalement du changement. Le rôle du manager-coach est de mettre en place les conditions de cette réalisation pour permettre de sortir régulièrement du cadre, en collectif, par...

Tout organiser avec des arbres…le mind mapping

Je vais vous confier aujourd’hui un secret de coach (plus ou moins) bien gardé : ce secret s’appelle les cartes heuristiques (du grec eurisko, je trouve). Le nom français a une consonance barbare à l’oreille, et le terme anglais est bien plus joli à utiliser, le mind mapping. On utilise également les termes, peut-être plus proches du terme d’origine, de schéma de pensée ou carte mentale. Logique et créativité Le mind mapping est un outil utilisable et utilisé par quiconque souhaite mettre de l’ordre dans ses idées, ses projets, ses réunions, ses prises de notes : c’est un outil puissant et simple qui permet de voir plus clairement un problème complexe, tout en libérant ses capacités créatives. C’est pour moi un incontournable de la boite à outils de coach, un couteau suisse formidable que l’on peut utiliser dans l’entreprise, par exemple pour la rationalisation de projets, la préparation de réunions ou la prise de notes, ou pour la définition de projet professionnel ou la recherche d’emploi. Une image vaut mille mots Beaucoup parmi vous n’apprendront rien si je leur dis que le cerveau humain reçoit les informations principalement par le canal visuel, comme montré par de nombreuses études dans les années 70, et le mind mapping est issu de ces études. Le concept, formalisé par un psychologue anglais Tony Buzan, permet de suivre visuellement le cheminement associatif de la pensée. C’est un schéma, un dessin, qui permet de mettre en lumière les liens qui existent entre un concept ou une idée, et les informations qui leur sont associées. Un mind map se caractérise par : Le sujet ou thème du mind map qui...